La fin des abris Atlantika ?


Logo Atlantika abri piscineLa société Atlantika – fabricant d’abri piscine – a été placée en liquidation judiciaire mi-février 2015 et c’est doublement une triste nouvelle.
Premièrement parce qu’une fermeture d’entreprise est toujours un moment difficile, à la fois pour les entrepreneurs qui se sont consacrés à fond dans un projet auquel ils croyaient, mais aussi pour les salariés qui vont perdre leur emploi. Sachant que l’entreprise existe depuis 1982, il est possible que certains employés aient atteint 33 ans d’ancienneté.

Ensuite, Atlantika était un acteur significatif du marché des abris de piscine, et qu’un fabricant en moins, c’est moins de concurrence (sachant que la concurrence est en général saine pour les consommateurs car elle fomente l’innovation et encourage les constructeurs à conduire des politiques tarifaires raisonnables.)
Abri piscine Coba Atlantika

A propos d’Atlantika

Atlantika s’est démarqué des autres vendeurs en travaillant la gamme d’abris piscine en kit, avec, notamment, sa marque EasyAbri et son modèle primé Coba. C’est le défi pris par Ludovic Guilbert, dirigeant repreneur de la société, qui s’est rendu compte que c’est un marché largement dominé par le fabricant Abrisud et que pour faire sa place il valait mieux innover et se différencier.
En adressant un créneau peu concurrentiel, (sauf IdealCover / Albixon qui sont également positionnés sur les abris en kit), Atlantika aurait pu trouver sa place.
Localisée à Ambès, près de Bordeaux, avant sa liquidation la société employait 37 salariés, a vu son chiffre d’affaire monter jusqu’à 6 millions d’euros (alors qu’elle était à 2 avant la reprise), mais apparemment dans un modèle qui n’a pas fonctionné.

Quel impact ?

Nous ne savons pas encore dans quels termes l’histoire de la société va se conclure. Il n’est pas évident qu’une liquidation judiciaire peut évoluer vers une reprise d’entreprise – c’est tout ce qu’on peut souhaiter pour les salariés, mais ce n’est pas une évidence.
Côté clients, il est possible qu’en cas de demande d’intervention – SAV, de pièces détachées ou d’accessoires, ils devront se débrouiller par eux mêmes ?
En tout les cas, à l’heure où nous écrivons cet article (Avril 2015) le site internet semble toujours en état de marche.

Sources d’informations

  • Le SudOuest, dans lequel nous avons découvert la triste nouvelle
  • Un article des Echos de Janvier 2014 traitant de la stratégie adoptée par Ludovic Guilbert

Article classé sous : , ,

Auteur :
Directeur de la rédaction
Sujet précédent : «
Article suivant : »
  1. #1 by Gérard on 14 juillet 2015 - 12 h 51 min

    Abri de 12 m x 6 m installé fin mai 2014. interventions par un sous-traitant poseur mal qualifié. Quatre interventions pour ne pas satisfaire les termes du contrat par manque de formation sur le produit.
    J’ai tiré mon épingle du jeu en ne payant pas les
    10% pour la pose sans le parfaitement achèvement des travaux.
    Mise en liquidation….., un mandataire de justice m’a demandé le solde de 10 % . J’ai fait valoir qu’un service non exécuté ne pouvait être payé. Reconnaissant sans doute leurs faiblesses je n’ai pas connu de suites

(ne sera pas publié)